Mon avis sur Sword Art Online – Fairy Dance T.2 & 3

Sword Art Online

Sword Art Online fait clairement partie de ces œuvres qui divisent les fans de manga. J’ai déjà eu l’occasion d’aborder un petit le sujet dans mon article sur l’anime « Sword Art Online, la bonne surprise ! ». Personnellement, malgré ses quelques défauts, j’ai pas mal apprécié l’anime et le premier volume de Fairy Dance (Aincrad en papier était une déception). La suite de Fairy Dance est elle aussi honnête que son premier tome ? Voici mon avis sur Sword Art Online – Fairy Dance volumes 2 et 3.

Le premier volume de Fairy Dance servait clairement d’introduction au nouveau monde dans lequel notre héros, Kirito, s’est plongé : ALfheim Online. Mais contrairement à ce qu’il se déroule dans l’arc Aincrad, celui-ci a la possibilité de se déconnecter et de revenir dans le monde réel. On alterne donc entre les phases ou Kirito est chez lui avec sa sœur adoptive (Suguha) ou à l’hopital pour voir sa bien aimée et celles où il joue, avec sa sœur sans savoir qu’il s’agit bien d’elle, dans le monde d’ALfheim Online. Cet aspect est véritablement intéressant car nous découvrons en parallèle sa relation dans le vrai monde avec Suguha mais aussi avec son avatar (Leafa) dans le jeu.

Toujours persuadé qu’Asuna est bloquée au sommet de cet univers, il va décider de tout faire pour la rejoindre et la libérer. Accompagné de Leafa, Kirito sera donc rapidement confronté à divers enjeux politiques et des combats imprévus. De son côté Asuna tente de s’échapper et nous permet d’en apprendre un peu plus sur le but caché de ce nouveau jeu. Ouais, il y a bien des secrets qui entourent le monde d’ALfheim Online et ce qui se cache à son sommet.

Ces volumes 2 et 3 profitent toujours d’un dessin plus agréable et rendant clairement mieux hommage à l’anime que les tomes sur l’arc Aincrad. Le gros point fort est, qu’ici, le scénariste a eu la bonne idée de prendre un peu plus son temps. On nous conte donc environ une semaine de jeu en 3 bouquins dont un dernier volume super costaud (comptez 1€ de plus à l’achat). Mais là où l’arc précédent allait malheureusement beaucoup trop vite pour raconter des mois et des mois dans le monde d’Aincrad, Fairy Dance ne tombe pas dans ce piège.

Les enjeux sont peut-être moins forts que précédemment, mais nous voulons croire aux retrouvailles de Kirito et d’Asuna, savoir comment va évoluer la relation entre notre héros et sa sœur adoptive et comprendre tous les mystères qui flottent autour d’ALfheim Online. De ce côté-là, le manga est plutôt efficace et arrive à très bien retranscrire l’expérience de l’anime.

Comme pour le premier volume, je tiens à préciser qu’il est très plaisant de retrouver l’aspect MMORPG mais de manière plus fouillée que dans l’arc Aincrad. Fairy Dance arrive à se destiner aux amateurs de différents genre de mangas en mêlant énormément d’éléments. Du combat, des relations humaines, des éléments de jeux vidéo… les fans de mangas d’action, d’œuvres basées sur le relationnel et les amateurs de jeux vidéo devraient vraiment se retrouver dans Fairy Dance.

Et bon, beaucoup râlent des séries à rallonge… on a une série en 3 tomes qui peut se lire sans avoir forcément lu l’arc précédent et qui se suffisent à eux-même. Même s’il existe une suite à Sword Art Online (cf : la saison 2 de l’anime) et qu’on aura surement droit à une version papier, le tome 3 de Fairy Dance marque nettement la fin d’un cycle qui ne nécessite pas forcément la lecture d’une éventuelle suite. Bref, encore une série que je recommande et un gros big up à Ototo qui nous sort des séries assez sympathiques en ce moment. Ma critique de Magdala ne devrait d’ailleurs pas trop tarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *