Lyon toujours en attente des Vélo’v hybrides

station velo'v lyon 7

Les vélos à assistance électrique tardent à venir à Lyon. A Bruxelles pourtant, le groupe JCDecaux propose déjà des vélos à assistance électrique. Malgré les publicités par vidéo et les panneaux, les doutes persistent sur l’arrivée de ce modèle à Lyon.

Bruxelles en avance par rapport à Lyon

La situation est évidente : Bruxelles profitera plus tôt des Vélo’v avec assistance électrique et devance Lyon. La ville belge bénéficie en ce moment de 1 800 vélos du genre, qui circule dans les rues de la capitale. Les modèles déployés en Belgique affichent le même design qu’un Velo’v classique. Toutefois, un détail le différencie : la présence d’un moteur au niveau de la roue. Le système est mis en marche lorsque le vélo tourne. Pour que l’assistance fonctionne, une batterie est installée dans le panier à l’avant du vélo. Grâce à celle-ci, le vélo hybride assure une autonomie de 10 kilomètres environ. Sans la batterie, le vélo fonctionne en mode manuel. Les utilisateurs ont ainsi 2 choix. Ceux qui optent pour la version avec assistance électrique pourront obtenir, lors de l’abonnement, une batterie rechargeable via un USB-C. 

Ces modèles assistés retrouvent le poids d’avant. En effet, si les nouveaux vélos pesaient 2,3 kg de moins que la version d’origine, ce poids est repris avec la présence du moteur. Le vélo hybride pèsera ainsi entre 22 à 23 kg. Mais c’est un détail qui n’engendre aucun désagrément. Lorsque la batterie fonctionne, la différence est très ressentie. Son autonomie de 10 km maximum, sur une surface plate, permettra de parcourir Lyon sans souci. L’objectif dans le lancement de ce modèle électrique est de rester mobile sans fournir d’efforts considérables et de le rendre accessible aux personnes âgées. 

Lyon toujours en attente

Pour Lyon, ce vélo hybride ne sera disponible qu’en 2020. La mise en service de ces vélos sera conditionnée. Afin que ce projet soit effectif, la ville peut passer par un vote pour une consultation dans le but de payer le service. Le montant s’élèverait à environ 1,2 million d’euros chaque année, taxes non comprises. L’autre option est de céder aux offres de JCDecaux et ainsi mettre en place des écrans numériques. Ce choix permettra d’accueillir environ une centaine de modèles du groupe grâce à la modification du règlement de la métropole sur la publicité. 

Avec cette option, le groupe JCDecaux devra verser 15 000 € de redevance chaque année. Malgré tout, ces redevances ne sont pas une obligation. Le choix de la stratégie adoptée sera décisif. Il est question de faire un paiement direct ou d’allouer un budget pour créer un équilibre en lien avec la redevance sur les écrans numériques. Cependant, si Lyon accepte ses panneaux numériques et les intègre dans le règlement local de publicité métropolitain, le dernier mot revient aux maires. Lorsque tous les éléments seront réunis, 2500 vélos de JCDecaux pourront très vite être transformés en vélo électrique sur les 5000 du parc. Selon une estimation, la batterie serait louée 7 € mensuel, 115 € chaque année. Ce tarif comprend l’abonnement. 

Toutefois, si l’électrification ne concerne que la moitié du parc, une partie des utilisateurs ne pourront pas en bénéficier. Cette situation a été déjà soulevée par Gilles Vesco en 2017. L’ex-vice-président métropolitain qui s’occupait des modes doux, a émis son inquiétude sur le fait que la moitié des Vélo’v seulement sera équipée de l’assistance électrique. A cette époque, il soulignait « On a brisé la règle d’or du libre-service qui est l’homogénéité des vélos, ils doivent être tous les mêmes. » Reste ainsi à voir si 50% du parc pourront suffire à satisfaire les besoins. 

1 Commentaire

  1. Ping : Lyon : éviter les bouchons grâce à de nouvelles voies cyclables - Lyon Geek Show

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.