Lyon Eats, l’application qui concurrence Uber Eats

lyon eats

Cette application de livraison de repas créée par Khalis Hadjeres regroupe l’ensemble des restaurateurs de la ville de Lyon. La plateforme rémunère mieux les livreurs et les restaurateurs. Son objectif est de contourner les principaux acteurs du secteur : Uber Eats et Deliveroo.

Lyon Eats pour faire face au confinement

En raison du confinement, les restaurateurs n’ont guère le choix que d’opter pour la vente à emporter et la livraison. Cependant, la présence des géants comme Uber et Deliveroo a été un réel problème pour grand nombre de restaurateurs. D’où l’idée de génie qu’a eu ce restaurateur lyonnais de créer l’application Lyon Eats.

Responsable du restaurant Toda dans le 6e arrondissement de Lyon, il avait déjà cette idée depuis longtemps. Il a fallu l’avènement du covid-19 pour que Khalis Hadjeres, 27 ans, accélère les choses. Avec le confinement et le couvre-feu, il se sentait trop dépendant de Uber.  

Pour réaliser son projet, il a fait appel à un ami pour l’aider à concrétiser son idée de service de livraison. Confinement oblige, il a mis les bouchées doubles pour que le projet voie le jour avant le confinement de novembre 2020. Ce qui lui a permis de faire des tests pour constater que le produit était au point et répondant aux attentes. Il a ainsi pu changer les habitudes des consommateurs.

Avec la troisième vague qui s’annonçait, il a jugé opportun de faire profiter tout le monde de sa technologie. Depuis le lancement il y a trois semaines, la plateforme compte une vingtaine de restaurateurs déjà bien que le service ne soit pas encore opérationnel. En attendant, les clients peuvent passer directement commande en passant par le restaurant chez Monsieur P par exemple dans le 2e arrondissement.

Le modèle de Lyon Eats se veut plus équitable que les autres. En effet, c’est les raisons financières qui ont permis à Khalis Hadjeres de contourner les leaders du marché. Ces derniers prélèvent des commissions s’élevant à 30 % hors taxe sur chaque commande. La commission pouvait aller parfois à 36 %. Le plus agaçant est qu’ils font tout ça avec l’argent du contribuable sans payer les impôts.

Lyon Eats supprime les commissions, et les restaurateurs auront à payer des frais d’abonnement qui se situent entre 39 et 89 euros en fonction des services. Une offre qui arrange toutes les parties. Le livreur sera payé à un tarif raisonnable fixé à 7,5 euros. Le client, de son côté, ne supporte aucune charge, et le restaurateur récupère ses frais d’abonnement au bout de quelques livraisons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.